Courriers des Lecteurs

Le 26-10-2011 à 12:44 par Fariba Hachtroudi

A la demande de certains lecteurs – et surtout lectrices – je vais dorénavant mettre en ligne une partie de la correspondance que je reçois.


Madame,

Je vous ai rencontrée lors d’un salon du livre à Colmar. Je ne saurais me rappeler quand exactement, je me souviens seulement que c’était l’année de parution du livre “La carte et le territoire” de M. Houellebeck (non pas que ce livre m’ait à ce point impressionné que je m’en serve comme repère, mais je me souviens avoir acheté ce livre avant de me rendre à ce salon où une amie auteure de livres de broderie m’avait conviée).

Alors que je flânais entre les allées vous m’aviez abordé, nous avons discuté. Je devais alors avoir 14 -15 ans et j avais les cheveux roux (non pas que j’imagine que vous vous souveniez de moi mais peut être cela vous évoquera-t-il quelque chose).

N’ayant plus d’argent le soir même, j ai demandé à mon amie auteur de m’acheter un de vos livres le lendemain, l’ai appelée et nous avions alors discuté (très rapidement) au téléphone et vous m’aviez conseillé “A mon retour d’Iran”. Hélàs j’ai prété ce livre à ma prof de géo qui ne me l’a jamais rendu, et j’en suis croyez le moi bien navré.

Ainsi je vous écris pour savoir si vous passerez à nouveau en Alsace bientôt (ou en France tout court), afin de vous rencontrer à nouveau.Je remarque à l’instant que le mail que je vous avait déjà envoyé suite à ma lecture de votre roman figure un peu plus bas sur cette page, peut-être cette indication ravivera-t-elle vos souvenirs…

Sincères salutations,

Baptiste Roelly.


De : Jean U.
Date : 14 octobre 2012
Objet : a propos de l’entretien avec Anne-Marie Geritzen dans l’emission la pensée et les hommes

Bonjour,

J’ai été enchanté d’entendre cette émission.

Néanmoins n’ai pas pu l’écouter avec toute l’attention que j’aurais voulue.

Avez vous une possibilité de pouvoir réécouter l’émission via podcast ou téléchargement ?

Sinon, pouvez vous encore me dire la phrase citée de Michel Serres sur La faiblesse de Dieu , qui fait avancer ce monde ? 

Grand merci d’avance,

Jean


De : Emmanuel C.
Date : 27 décembre 2011

Chère madame, je suis en train de terminer votre livre sur Ali Khamenei, félicitations pour votre honnêteté, lucidité, et courage. bravo, et tous mes voeux pour vous, votre famille et votre pays. beaucoup d’admiration pour vous et les vôtres.

Respectueuses salutations.

Emmanuel

 

Bonjour Fariba

je vous remercie pour votre réponse, mais c’est inutile de s’encombrer de “Dr”, ” said ” suffit. Je vous avais promis de vous parler plutôt de vos livres; après votre “retour d’iran ” j’ai lu “l imame était une femme” et je me régale à présent dans ce que j’appellerais le “Harem de Jésus ” de “j’ai épousé Johnny…” j’ai adoré cette expression et cette ambiance (j’étais moi même interne au collège et certaines situations sont très proches quel que soit le lieu).

Quant aux excréments dans la mosquée cet épisode m’a fait beaucoup rire. ça m’a fait penser à Kateb Yacine dans une de ses nombreuses pièces de théâtre où un ouvrier excédé par les hurlements matinaux du muezzin a décidé de couper les fils du haut parleur. il s’est alors mis dans une situation qu’il ne contrôlait plus. J’ai aussi bcp aimé le discours de l’officiel barbu (je crois que c’est dans “l’imamesse” entendez l’mame était une femme qui disait à peu prés “ce n’est pas si grave si dans notre chasse aux mécréants nous tuons qqfois des innocents Dieu leur gardera une place au paradis; sous d’autres cieux et temps on disait “tuez les tous et dieu reconnaîtra les siens”. avec ce postulat ce pouvoir est terrifiant, il n’y a pas de limite aux crimes.

J’ai lu par ailleurs l’été dernier la longue marche de Bernard Olivier en particulier sa traversée de la Perse à pieds (je préfère le mot” Perse” plus ancré dans l’histoire plurielle de ce grand pays que “l’Iran” qui me renvoie à l’histoire plus récente et moins chaleureuse de ces dernières décennies. ça m’a donné envie de faire ce voyage peut être que d’ici là les moeurs y seront plus douces. …. Il y relate la gentillesse l’hospitalité, et la culture de ce peuple, malgré la pression réelle ou pressentie.

Bien à vous, j’ai oublié bien sûr que vous pouvez mettre mon courrier sur votre site sans citer le nom en entier vous pourriez mettre “said ” c’est inutile de provoquer frontalement tous ces fous qui rêvent de vous envoyer en enfer pour que eux aillent au paradis. Merci, je crois qu’à part Khayyam, c’est la première fois que je découvre une écrivaine persane.

Dr Said ABERRANE

 

A l’attention de Madame Fariba Hachtroudi au sujet sa tribune du 30 décembre 2010 dans le Monde.

Miracle que votre papier soit passé sur le Monde, Madame. Il n’a fait que se dédouaner de la désinformation dans laquelle il nous tient. Je vous en remercie.

J’ai apprécié votre texte tant par son style que par son argumentation. Je crains pourtant que pour notre malheur, votre religion ne soit pas amendable dans le contexte actuel du monde.

Bien sincèrement.

Christian Levasseur

 

Je viens de lire votre tribune dans le dernier n° du Monde. Bravo pour l’intelligence et la ténacité dont vous faîtes preuve dans ce monde tourmenté et parfois déroutant. Votre combat est juste parce qu’éclairé et généreux. Ne baissez pas les bras ! Il rejoint le combat de tous ceux qui, par delà leurs cultures et leurs croyances veulent croire en l’Humanité.

Fraternellement,

Patrick Gancarz

 

Le 5 sept. 2011 à 17:15, Said A. a écrit :

Bonjour Madame, j’ai écouté (à moitié endormi) la rediffusion de l’émission sur inter ou RFI (cf. En sol Majeur  du 2 Septembre 2011) en me levant le matin j’étais désespéré de n’avoir pas noté votre nom. Une amie franco-iranienne m’a aidé à le retrouver. J’ai adhéré à tout ce que vous avez dit ; et je me promets de combler ma grosse lacune en allant me procurer vos livres ; il n’est jamais trop tard, l’été dernier je me suis “replongé” dans khayam. 

Ça rassure qu’un pays qui a donné kayam ne soit plus représenté (en tout cas pour le grand public) que par ces mollahs d’un autre âge. Je reste optimiste “on peut mentir à tout le monde quelque temps, à quelques uns tout le temps mais pas à tout le monde tout le temps. je vous réécrirai sans doute quand j’aurai comblé mes graves lacunes de lecture.

Fariba Hachtroudi 06/09/2011 06:10 

Merci Saïd pour votre aimable courriel.

Quant à vos lacunes… Toujours de la délicatesse de votre part. Comme le disait souvent mon admirable père, tout a été déjà dit d’où le refus de Socrate d’écrire… 

Bien évidemment je serai ravie d’avoir un nouveau lecteur puisque j’écris… N’étant, hélas, pas Socrate ! (…)

Cordialement,

Fariba Hachtroudi


Bonjour Fariba

J’ai voyagé au Burkina  et au Ghana avec votre “retour d’Iran”, je nai pas encore eu le temps de lire vos autres oeuvre. Bravo! pour les sensations suscitées, de grosses similitudes avec mon premier retour en Algérie après seulement 7 ans d’absence. Pourtant la bas les barbus ne sont pas officiellement aux affaires.
Je me mets aujourd’hui à penser à ce qui arrive au pauvre peuple de Libye qui a chassé un tyran pour le remplacer par un APPRENTI TYRAN sa trace frontale (témoignant du zèle pathologique à se prosterner) ne m’a pas inspiré confiance quand je l’ai vu dans les bras de SARKO pour la première fois il y’a de cela quelques mois. Quelle légitimité a t il pour embarquer son pays vers la charia ?
ENCORE UNE révolution confisquée. Je me rappelle en 78, encore tout jeune,  j’avais de la sympathie pour la révolution iranienne pas encore complètement confisquée par les mollah. Et la Tunisie?
Quand j’ai commencé à vous écrire j’avais prévu de vous parler de votre livre et voilà que l’actualité prend le dessus.
Je reviens à votre expérience je souhaiterais que ce soit échangé avec les jeunes de nos pays, je pense que ça pourrait se faire par la billet de conférences débats. Pour que nos jeunes soit libérés un moment des discours abêtissants et répétitifs y compris dans les banlieues françaises. C’est promis la prochaine fois je parlerai de vos livres quand j’aurai lu les autres. Continuez d’écrire ça fait du bien on se sent moins seul(e).

Saïd

 

Voici une sélection de courriers qui m’ont touché

Seulement vous dire l’admiration que j’ai pour tous vos ouvrages, votre parcours, votre personnalité…

Katy

……………………………………………………………………………………………………………

Madame Hachtroudi,
Peut-être ne vous souvenez-vous plus de moi, mais moi, je me souviens de vous.(Comment vous oublier…) Nous nous étions rencontrés à Colmar lors du salon du livre. Je suis le “petit” garcon roux, comment mieux me décrire ? Votre livre n’est pas un livre ordinaire, mais c’est une oeuvre. Le vécu est , dans votre livre, tellement fort, qu’il donne le vertige. Le passage de votre vie évoqué dans “A mon retour d’Iran” est tellement intense que rien que le fait de le lire est captivant, qu’est-ce que ca a dut être de le vivre. A travers votre écrit on devine une grande culture, de par vos connotations anecdotiques omniprésentes. Je n’y irais pas par quatre chemins pour vous le dire, votre livre m’a énormément plût. Merci beaucoup de m’ avoir procuré ce moment de plaisir à l’état pur.

Baptiste

……………………………………………………………………………………………………………

Madame,
 
J’ai eu l’ avantage de vous rencontrer au Sénat le 23 Février à l’occasion du dîner organisé par l’Association «  FEMME D’ABORD ».
 
J’ai lu déjà une grande partie de l’un de vos livres «  A mon retour d’Iran » et je tiens à vous exprimer mon émotion ; c’est une lecture passionnante d’une Femme libre et investie par une vraie cause et  par l’Amour.
 
Le style  est magnifique, vous maniez le verbe, les mots et les sous- entendus avec sérieux, parfois avec  dureté et grande profondeur.
 
Votre sensibilité est pudiquement cachée par un  grand humour.
 
Merci, j’ai peur de terminer le livre et je voudrais le lire longtemps encore, mais … Je lirai vos autres ouvrages.
 
Je vous adresse mes cordiales pensées
 
Jacqueline

……………………………………………………………………………………………………………

Madame,

Dernièrement, une amie de St Etienne m’a offert la gelée royale que vous m’avez dédicacée.Je l’ai lu, et beaucoup apprécié.Voici l’avis que j’ai rédigé à ce propos, et publié sur mon blog:
Mon avis :
C’est grâce au bon goût d’une amie, que je découvre cet auteur. Madame Hachtroudi nous offre une satire  décapante, et hilarante de notre société ainsi que ses petits et gros travers. Elle y égratigne nos élites politico-économiques, les ONG véreuses, notre course effrénée au profit, notre quête de l’éternelle jeunesse quelle qu’en fut le prix et la manière d’y parvenir.

Je me suis laissé attendrir par Delfi, jeune journaliste désabusée par une mutation dont elle ne voulait pas, condamnée à ne s’occuper que de futilités « esthético-cosmétiques », alors qu’en fait, c’est le journalisme de terrain qui l’intéresse. Et faut dire qu’il y a de quoi faire. Il y a cette enquête dont elle voudrait bien s’occuper, mais qui comme dans la vraie vie, semble vouloir être étouffée, ou du moins pas pressée d’être menée à son terme.
Qu’à cela ne tienne, Delfi, ira malgré tout, aidée par Mamachat, qui porte en elle toute l’Afrique et ses croyance, Marabout, ensorceleuse, mais surtout une seconde mère pour elle ; et par Lamney, prêt à trahir la société qui l’emploi, qu’elle voudrait bien aimer, mais voilà, Delfi est une écorchée vive, et a peur de s’investir avec quelqu’un.

Que renferme cette crème aux vertus magiques ? Par quels procédés est-elle mise au point ? Vous le saurez bien assez tôt….toujours est-il que cela n’est pas très reluisant. Les « riches » ne reculent devant rien pour s’enrichir d’avantage.

Le langage est choisi, tout droit sorti d’une salle de rédaction du magazine people à la mode, souvent risible, grinçant sans aucun doute, et sans complaisance. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’étant que pure coïncidence…….oui, mais voilà, il faudrait être idiot pour ne pas en reconnaître certains ou certaines….

« En France, côté cour, nul n’osait, sous peine d’ostracisme à durée indéterminée, affirmer, infirmer ou confirmer si, oui ou zut, l’empereur de l’Elysée s’était mis, lui aussi au régime Gelée Royale, imposée , disait-on, par son épouse. Si oui ! Il  y a un truc ! marmonnait-on dans les coulisses du Palais. En privé pas de rides que des tics, à la télé que des rides pas de tics ! » p28

« Non, franchement j’admire l’abnégation bon enfant de ce peuple. Les Français qui vous pousseraient sous les rails du métro pour passer devant vous, nos cheminots et nos postiers dont ce petit crétin de Tintin gaucho qui font grève pour un oui ou pour un non, et j’en passe ( !) devraient faire des stages de savoir vivre à Cuba ! » p59-60

J’en ris encore……..et d’actualité, en plus…Que du bonheur !!!

Une fiction féroce, qui décoiffe, à défaut de dérider,  sans prétention,  mais qui au fond fait tout de même réfléchir, surtout le soir en mettant le doigt dans le pot de crème sensée avoir toutes les vertus………..

http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

Je voulais vous remercier, Madame pour ce livre qui a été un coup de coeur.Je viens de découvrir un nouvel auteur, et je suivrai avec attention vous prochaines parutions.
Bien amicalement

Myriam

……………………………………………………………………………………………………………

J’ai écris un poème très très court dans lequel tu as été ma muse mais je ne suis pas satisfaite, je trouve qu’il est loin d’être à ta hauteur. Je te le copie ici tout de même :
 
J’ai touché une étoile,
Lumière intemporelle,
Une femme sans voile
Au cœur plein d’étincelles.
 
Dans ma bonne fortune
Qu’elle a ensoleillée,
Moi l’enfant de la lune
Me suis émerveillée.
 
J’ai senti sa poussière
De fée m’envelopper
Pour ouvrir ma volière
Et mon âme élever…
 
Je t’embrasse.
Prends soin de toi
Affectueusement,
Sourire,

Laëtitia Berlioz, Auteure du recueil A fleur d’âme

……………………………………………………………………………………………………………


 

 

x